Niko de Full Boxon - GASCOGNE FM - POP / ROCK / CULTURE

Aller au contenu

Menu principal :

Niko de Full Boxon

Reports > Hellfest 2017
 
Depuis plus de 10 ans, les membres de FullBoxon Lilian, Xav et moi même , Niko,
nous rendons au Hellfest pour suivre LE festival des musiques extrêmes français.
 


Parfois décrié, souvent adulé, le Hellfest est un condensé de tout ce qui peut se faire en matière de metal et de rock. Cette année encore, nous nous sommes donc rendu à Clisson, à coté de Nantes, couvrir le festival pour GascogneFM mais aussi et surtout pour notre plaisir.
 
Ce jeudi , après un voyage express , et une installation au camping bien rodée, nous commençons nos festivités, et la première claque viendra de Gerad Baste , mc des Svinkels, qui vient nous assené son hip hop “trop gros” sur la scène du metalcorner. Les “trues” diront qu il n a rien a faire la, mais nous , nous ne sommes pas des intégristes et ce concert nous met le sourire aux lèvres et débute de la plus belle des manière notre épopée Clissonaise.

Après l embrouille stupide de notre équipe , en particulier moi meme  ( l abus d alcool est dangereux pour la santé ), qui ai eu une réaction de con dont on vous épargnera les détails, nous regagnons tant bien que mal notre campement , en paix, pour un repos bien mérite.

Vendredi, après la douche habituelle du matin, nous nous rendons sur le site, qui cette année encore a été modifié suite aux demandes des festivaliers l année précédente.Du coup, plus de place devant les 2 main stages pour accueillir dans de meilleures conditions les festivaliers et éviter le problème du concert de Rammstein de 2016 , à savoir, un parterre complètement bloqué..
 
Autre nouveauté, l espace presse a été complètement refait. Fini l ambiance post apo à la Mad Max, et bienvenue à un endroit un peu plus « lounge » , un piscine ( oui oui!!) du gazon, une fontaine superbe et des déco de fou comme toujours.

Coté concert , Komintern Sect est le premier show mémorable pour notre équipe : street punk , oï, rock and roll, c est comme vous voulez, le truc qui est sur, c est que  c est efficace et donne furieusement envie de taper du pied et d aller bouger.
 
L' enchaînement est fatal puisque juste après, nous nous retrouvons à la Valley (ho ho) pour écouter Helmet. Quelle classe, la bande à Page Hamilton nous délivre un set tout en puissance contrôlée. Pour leur premier passage au festival, ils ont assuré et le public présent leur a bien rendu.

Déjà présent l an dernier , nous ne pouvons pas nous empêcher d aller (re)voir Ministry sur la Mainstage 1. Bien que jouant en journée, ce qui n est pas forcement le mieux pour un groupe comme celui la qui aime cultivé une ambiance plus propice à l obscurité, le fer de lance de l indus nous balance une heure de folie mécanique, de son bien gras et d invectives d Al Jourgensen bien senties.Bien plus à l aise cette année, le frontman du groupe de Chicago, semble prendre un plaisir monstre et c est communicatif !!

Du fait de notre choix, nous avons manqué Tagada Jones, mais les ayant vu il y a 2 ans, on se doute que leur show a du être carré. Mais notre choix se justifiait car juste après Ministry , et sur la Mainstage 2 , se produisait Behemot. Même remarque sur l heure de passage que pour Ministry, mais c est pas grave , on va en prendre plein la face car les polonais nous délivre un set basé presque entièrement sur leur dernier album en date , The Satanist.

Après le grand guignol polonais, on passe aux locaux, les Ramoneurs de Menhirs. Les bretons sont la , en place , et leur mélange de musique trad et de punk à la Béruriers Noirs fait toujours son effet sur les Warzonneurs.
 
Rob Zombie est notre plat de résistance de ce vendredi. Ayant lui la chance de jouer en nocturne, les effets visuels du combo du Massachusetts nous brûlent les yeux. Les hits s enchaînent, les ambiances de film d horreur aussi et le frontman semble apprécier fortement sa venue en France.  
 
Not dead but bien raide, on file a la Warzone pour notre dernier concert de la journee, à savoir The Damned. Les pionniers du gothico-punk entame son set avec un « Fuck Brexit » de bon aloi.

Au cours de l heure suivante , où le claviériste aura dépensé beaucoup de calories^^, les Britons vont nous faire plaisir en enchaînent les titres fédérateurs .
 
Belle fin pour cette première journée , on va se pieuter !!!


DAY 2, samedi donc.

On est en place pour assister au concert d Ultra Vomit. Les Nantais vont , à l heure du fameux APEROOOOO, nous balancer leur set tout en loufoquerie et en nawak... Mais derrière l apparente légèreté se cachent des grands zikos qui savent bien interagir avec le public, les faire marrer et leur balancer des gros KAAMTHAR à la face. On se marre on fait même la chenille , ce qui nous a permis de nous rapprocher grandement de la scène d ailleurs, et on bouge dans tous les sens.

Pas de retour en arriéré possible, No Turning Back nous le demontre !!! 45 minutes de hardcore dans les dents, ça fait toujours du bien !!! et les hollandais s y connaisse pour envoyer un hxc certes classique mais ultra pêchu . WALL OF DEATH TIME !!!

On erre ensuite sur le site en jetant une oreille ou deux aux concerts sous les tentes sans vraiment se poser sous l une d entre elle... Il faut dire aussi que le soleil est très présent , et le sera tout au long du week-end , forçant les festivaliers à chercher l ombre et le frais.. On le fait aussi a certains moments, mais l appel du live et souvent plus fort.

On se pointe donc a notre tendre Warzone ( j aime bien les oxymores^^) pour s envoyer une rasade de D R I.... Du crossover tout en énergie , entre hardcore et trash , qui provoque la montée en température de la fosse. Du bon, du très bon même.



Et on continue la mission avec Comeback Kid. Les Canadiens  s y connaissent en hockey, pratique pour survivre au pit qui est devenu très chaud pendant leur set. Mais ce n était qu une mise en bouche avant les 2 Gros qui allaient s enchaîner , Agnostic Front et Suicidal Tjendencies qui représente respectivement la east coast et la west coast du hardcore.
Agnostic Front, malgré de légers problèmes de micro, nous balance un condensé de NYXC pur jus.

Les classiques du groupe font toujours mouche et la bande à Miret et Stigma connait la musique. Ce sont vraiment les boss du style et ça se sent.

Juste avant suicidal, on décide d aller voir un ovni, un vrai , Primus. Là, l équipe n est pas d accord, notamment Lilian qui ne comprend ce qu il écoute ^^, on reste suffisamment néanmoins pour bien voir que le bassiste et leader , Les Claypool, est vraiment un génie et sa musique, bien trippante, fait un effet bœuf sur un public venu en masse sous la Valley.

On se speede donc pour arriver à la Warzone et profiter de notre dernier concert de la journée, les Veniciens de Suicidal Tendencies... OMG, quelle patate !!! Dave Lombardo à la batteuse envoi du lourd comme un forcené, et Mike Muir fait son marathon habituel pendant le concert : gauche , droite etc on a du mal à le suivre tellement il bouge !!!
 
Et c est avec le sourire aux levres qu on rentre se pieuter comme des ours.Clap de fin du samedi.

Dernier jour, deja.
 
Grosse journée pour nous, principalement à la Warzone, qui débute des le petit dej avec Harm Done, et leur hardcore testostéroné. Les Francais joue en premier mais ils s en tapent, et nous propose un set tout en powerviolence d une efficacité certaine.
 
On reste où on est et on attend de pied ferme  While She Sleeps. Bien que n étant pas super fan du metalcore en général, je dois avouer que les anglais ont su me faire changer d avis. Gros set avec des morceau assez récents, énergie énorme, pit en fusion, tous les ingrédients sont réunis pour qu on se rappelle ce concert un bon paquet de temps (big up au chanteur qui slamme depuis la regie).

Trap Them est également présent cette année et nous assène un hardcore brutal, ou les mosheurs vont s en donner a cœur joie.

On reste toujours à la Warzone pour s envoyer un petit show de Deez Nuts. Les kangourous savent bien sauter, les australiens de cette formation aussi !!! Ça hurle, ça saute ça rappe même et en tout état de cause, ça met la gouache à tout le public présent !!!



 
Allez hop, petit casse dalle avant de continuer notre journée en compagnie de Trapped Under Ice. Un bon représentant de la scène NYHC qui retourne le pit et fait bouger les têtes.
L'enchaînement de ce dimanche est énorme, et on se dirige alors vers l Altar pour voir le retour de Nostromo aux affaires. Et putain quel retour !!! une véritable boucherie, un mur de son qui me ferait tomber les cheveux si j en avais suffisamment !!! Énorme concert pour ma part. Les helvètes n'ont rien perdu de leur rage et de leur technique, et veulent le faire savoir à tout le fest.

Ralala, le moment du choix cornélien : Prophets of rage ou Integrity ??  Après une petite hésitation , on se décide pour aller voir les Prophets malgré ma déception de louper Integrity.

Et là, peut être le meilleur live du festival. Tous les publics sont présent , pour apprécier les hymnes de Rage Against The Machine repris par B-real et Chuck D. Ça chante partout, ça saute aussi, et ca envoie du lourd sur scene ; UNFUCK THE WORL qu on vous dit. Après un interlude Hip Hop qui a eu sont petit effet sur le public , on termine le show par un Killing in the Name repris par tous, dans un moment de partage général.
 
Juste généralissime et ça atténue ma déception d avoir loupé Integrity .Mais ce n est pas encore fini : On va se faire un enchaînement Every time I Die et The Dilinger Escape Plan.

Les premiers font face à une légère baisse d énergie des warzonniens et malgré un set efficace et rentre dedans ont du mal à lancer la machine. Les second, dont c est la tournée d adieu vont faire exploser le pit une dernière fois ce week-end « Bonsoir Motherfuckers » Tout est dit !!!

Bon, je vais pas vous parler de la polémique Linking park, non , je me retient mais j en parlerai pas.

Par contre , je vais vous parler des belles rencontres, des lives étourdissants , des potes avec moi, des litres de bières et d eau (oui il a fait chaud ^^) , de l unique caleçon que j ai pris et que j ai du laver tous les matins (paye ton boulet), du Destroy Everything (a prononcer avec un lourd accent russe si tu sais le faire), des batteurs un peu leger (lilian c est pour toi), n en jetez plus, la coupe est pleine....

Enfin bref, tous ça pour dire qu on à passé un excellent festival cette année encore, et que le compte à rebours est déjà lancée dans la tête jusqu au prochain.

Long Live Hellfest
Niko de FullBoxon


 

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu