The chattardz team - GASCOGNE FM - POP / ROCK / CULTURE

Aller au contenu

Menu principal :

The chattardz team

Reports > Hellfest 2017
 
Hellfest 2017 : sous le soleil de satan
 
Une fois de plus, notre petite équipe de joyeux lurons se retrouvait cette année au Hellfest, grand pèlerinage des métaleux hexagonaux et bien sûr étrangers, mais aussi des amateurs de rock et autres friandises. 60000 personnes par jour, 330 000 litres de bières écoulés ( Oui il faisait chaud), 2000 tatouages et 30 degrés par jour… On était bien. C’est donc ce jeudi 15 juin que notre pérégrination commença, après 6h et 66 secondes de trajet au bas mot. Arrivés sur le site,harnachés de nos bracelets, et la tente montée bien sûr, il était temps de tomber quelques gueuzes avant de se diriger vers le métal corner. BORN TO BURN à 21h30 commençait les hostilités avec son Metal hardcore suivi de MANTRA, groupe à la musique hypnotique, entre death et mélancolie. La grosse surprise de la soirée restera néanmoins notre GERARD BASTE national qui nous assènera son hip-hop barré ponctué de morceaux de SVINKELS. Il était entouré pour l’occasion de XANAX, DR VINCE et WAXX à la guitare, pour un set mémorablement fun mais qui aura su diviser quelques puristes. Qu’à cela ne tienne, la bêtise et l’énergie perpétrées par MR BASTE furent bien communicatives….



Vendredi 16 juin
 
Les portes de l’enfer se rouvrent véritablement ce matin et nous décidons d’aller au Merch officiel pour grappiller quelques tee-shirts et polos tandis que SIDILARSEN commence son set. Un set que nous écouterons de la queue du merch car oui, il y avait du monde pour glaner quelques fringues hellfestiennes ce matin (comme toute la journée d’ailleurs). Bon set néanmoins, toujours engagé malgré quelques soucis sonores, mais leur métal-électro-indus fait mouche ; les Toulousains nous mettent une bonne gifle matinale……On navigue de scène en scène entre BETRAYING THE MARTYRS qui feront flotter devant la mainstage 1 un premier rideau de poussière, effet naturel qui deviendra habituel par la suite…. Beaucoup de monde devant ce groupe ainsi que les premiers wall of death. KOMINTERN SECT sur la warzone pour continuer ; les Orléanais en vieux briscards nous assènent leur punk tout droit sorti des années 80 ; un véritable retour aux sources aux relents de guérilla urbaine. Pause goûter car le quatre heures se profilait avec un morceau de choix : MINSTRY sur la mainstage 1. Un set électrisant, trippant, en plein jour pour ces habitués des coins obscurs. AL JOURGENSEN règne en maître et nous décalamine les oreilles ; un pur panard !! S’en suit BEHEMOTH avec un NERGAL toujours aussi efficace en frontman possédé. Un set bien black tout en maitrise et comme MINISTRY, se raillant de la chaleur et de la lumière du jour, s’en nourrissant même… HELMET, autre gros morceau des amateurs du métal déstructuré, nous ramènera des années en arrière, aux bons souvenirs d’un MEANTIME percutant. PAGE HAMILTON sait faire jumper y a pas à dire. Bonne claque. Que dire du sieur ROB ZOMBIE avec sa prestation mémorable de MONSTER MAGNET ou de THE DAMNED qui s’emploieront à réveiller les morts. Repus, il était temps de se reposer……



Samedi 17 juin
 
On pinaille un peu en ce matin, oui la jeunesse nous quitte, mais nous bien sûr au rendez-vous pour se marrer devant ULTRA VOMIT ; musique d’intro de Tex Avery, qui renvoie bien sûr à la pochette de leur album PANZER SURPRISE, suivie de celle de Fort Boyard pour bien nous montrer que les quatre Français n’étaient pas là pour plaisanter. L’ambiance de folie était communicative et c’était parti pour 40 minutes de rigolade et de parodies maitrisées. NICOLAS « FETUS » PATRA allant même diviser la foule pour une guerre pipi versus caca de bon aloi ; et que dire de la chenille…….. Ils enchaineront les morceaux avec une énergie et une bêtise que beaucoup de groupes devraient emprunter…..non je déconne bien sûr il n’y a que  ULTRA VOMIT qui sait faire ça et c’est tant mieux. On zappera UGLY KID JOE pour se projeter une nouvelle fois à la warzone pour NO TURNING BACK, groupe hollandais de hardcore qui poutre sévère suivi de ZEKE dans le même style en plus rock peut-être ; le chanteur a vraiment un tic guttural bien à lui mais dur à expliquer ; à écouter. Suivront D.R.I avec leur punk trash efficace et COMEBACK KID qui nous assène encore une belle claque. Les Canadiens nous feront jumper en attendant AGNOSTIC FRONT et SUICIDAL TENDENCIES, pour achever, dans le bonheur et la poésie, nos oreilles décharnées. SUICIDAL fera monter une partie du public sur scène à la fin de son set  et MIKE MUIR se  déhanchera sur sa danse perso reconnaissable entre toutes. Une bonne clôture en apothéose.



Dimanche 18 juin
 
Le dernier jour, déjà, dans les terres clissonnaises. Le temps ne s’arrête pas ici, il nous fuit. Pas grave le programme s’annonce chargé aujourd’hui (surtout du côté de la warzone) et nous sommes en pleine forme. Allez, on se dirige vers HARM DONE ; les Nantais ont la chance d’ouvrir les débats sous un soleil de plomb et balancent sans concessions leur hardcore suivi de WHILE SHE SLEEPS , chouette découverte de ce Fest, tout en puissance, amenant le chanteur à se frayer un chemin parmi les moshers pour slammer du haut de la régie son ; la journée était lancée, comme LAWRENCE TAYLOR dans la foule. Suivront TRAP THEM avec un set de hardcore bien brutal et bien sûr DEEZ NUTS à 15h05. Les Australiens font remuer la poussière sous les pieds des fans avec un set bien jumpy. Il était temps de se rassasier un peu. Un demi poulet-frites plus tard, un peu sur la digestion quand même, et entre IL NINO sur la mainstage 2, vient à la warzone TRAPPED UNDER ICE ; les gars de Baltimore envoient du son lourd et bien grotteux. Vite un tour sous l’altar pour profiter de NOSTROMO, de retour et ça fait du bien, dans un set cataclysmique et voilà le gros morceau de la journée : PROPHETS OF RAGE. Le groupe qui a su pendant ce festival, avec HELMET tout de même, nous ramener bien des années en arrière en mêlant nouveaux morceaux et surtout les gros standards de RAGE AGAINST THE MACHINE tels que bombtrack, bullet in your head, etc… Ils feront une pause au milieu du set en envoyant du hip-hop, avec jump around et insane in a brain  de CYPRESS HILL , entre autres. Un hommage à CHRIS CORNELL pour nous faire patienter avant de nous donner le coup de grâce. Oui ce « supergroupe » sait gérer et ils nous enverront bien sûr KILLING IN THE NAME pour mettre tout le monde d’accord ; un pur moment de bonheur. Un set de slayer abyssal et oh combien efficace, et DILLINGER ESCAPE PLAN pour finir, que demande le peuple ?



Oui d’ailleurs, que demande-t-il de plus à ce festival qui se bonifie d’année en année. Un endroit parsemé de rencontres, de découvertes ou de confirmations et de franches rigolades. Il est sûr que, comme dans beaucoup d’autres concentrations d’ailleurs, tout n’est pas toujours rose, mais les organisateurs sont à l’écoute du public, réagissent et on sent qu’ils font tout leur possible pour que l’on s’y sente bien.
Nous le ressentons comme cela pour notre part, nous ne sommes pas des grands rédacteurs, ni des professionnels mais bien des bénévoles qui suivons ce festival depuis 10 ans maintenant ; nous relatons avec nos moyens notre croisade annuelle. Alors certes, on ne peut parler de tous les groupes présents mais juste partager notre ressenti. Mais une chose est sûre, la dernière phrase du dimanche sera toujours : c’est déjà fini ?


Allez à plus, hellmembers !!!!!!
The chattardz team of full boxon


 

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu